Cookies

En poursuivant vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer des contenus adaptés et réaliser des statistiques.

La valise vide

Guilda Chahverdi

Production déléguée - Création à l’automne 2022
Résidence au Théâtre Antoine Vitez à Aix en Provence

Présentation

Guilda Chahverdi, metteuse en scène et comédienne franco-iranienne sera accueillie en résidence de création par les Rencontres à l’échelle - B/P

AGENDA 2022 :

  • Résidence du 21 mars au 02 avril à la Friche la Belle de Mai
  • Résidence du 27 juin au 6 juillet à la Friche la Belle de Mai
  • Sortie de résidence le 1er juillet
  • Lecture en Avignon le 16 juillet à 14h dans le cadre des rencontres organisées par la Région Sud (PACA). Rencontre avec le dramaturge afghan Kaveh Ayreel, auteur de La valise vide (Ed. L’espace d’un instant).

Sa création La Valise vide, un texte de Kaveh Ayreek, est l’histoire du retour d’exil d’un jeune couple afghan, Maryam et Hamid, dont les parents avaient migré en Iran au début de la longue série des guerres afghanes dans les années 80. Les Afghans exilés en Iran n’ont pas accès aux études, au monde du travail, à la propriété́. Ils ne peuvent acheter ni maison, ni voiture, ni même un téléphone. Pour se déplacer d’une ville à l’autre, ils doivent obtenir une autorisation. Ils ne sont pas considérés comme des citoyens iraniens. Ils sont des citoyens de seconde zone.
Dans les années 2010, le couple décide de retourner en Afghanistan : un pays imaginé, rêvé, mais jamais connu ou rencontré. Nourris de rêves, ils sont convaincus de pouvoir construire dans ce pays qui est le leur. Leurs familles respectives, installées en Iran au début des guerres, tentent de les en dissuader et de les mettre en garde, mais sans succès.
Tableau après tableau, le jeune couple est confronté aux paradoxes d’un pays à la fois en guerre et en reconstruction, à la fois extrêmement moderne et régi par des traditions. L’Afghanistan, terre idéalisée et fantasmée en exil, semble porter la négation de soi, et le jeune couple n’en ressort pas indemne.

Photo: Naseer Turkmani