Cookies

En poursuivant vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer des contenus adaptés et réaliser des statistiques.

Bureau des dépositions

Grenoble

Bureau des dépositions est un milieu d’étude et de création, formé à Grenoble depuis janvier 2018, par dix co-autrices, co-auteurs : Mamadou Djouldé Baldé, Ben Moussa Bangoura, Laye Diakité, Mamadou Aliou Diallo, Pathé Diallo, Mamy Kaba, Ousmane Kouyaté, Sarah Mekdjian, Marie Moreau, Saâ Raphaël Moundekeno.
Les co-autrices, co-auteurs créent et activent en public des performances, qui sont des œuvres immatérielles et processuelles. Deux performances sont en cours de création : Exercice de justice spéculative (depuis 2018), et Minen kolotiri. Sculpter le droit par le droit (depuis 2020). Sont expérimentés des (im)possibilités de parler donc traduire, des silences, ne pas savoir, tenter de comprendre -prendre avec- des inquiétudes, liées aux politiques migratoires contemporaines postcoloniales, à la division du travail intellectuel-non-intellectuel, au marché de l’art et des connaissances, à l’ubérisation et à la judiciarisation des vies mises en concurrence.
Les performances ont pour condition la co-présence physique volontaire des co-autrices, co-auteurs, irremplaçables et non-interchangeables.

Or, plusieurs co-auteurs sont empêchés dans le processus créatif et pendant les temps de performance, en raison d’expulsions, de transferts Dublin, de menaces d’éloignement, de clandestinisation.

Lorsqu’un des co-auteurs manque contre son gré, le geste de création à plusieurs s’interrompt. Les co-autrices, co-auteurs laissent une ou des chaises vides. Elles et ils demandent à l’institution, aux personnes qui les invitent d’alerter la presse à leurs côtés, pour rendre publique la situation. Une des réponses en cours s’élabore aussi depuis et dans le champ judiciaire : opposer les droits d’auteur -droits moraux, droits patrimoniaux, respect de l’intégrité des oeuvres- aux arrêtés légaux d’expulsions.

Pendant le Festival