Cookies

En poursuivant vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer des contenus adaptés et réaliser des statistiques.

Voix Intérieures

  • Danse

Les 17 et 19.11.2020Friche la Belle de Mai, Marseille

Yves Mwamba

En Pratique

  • Friche la Belle de Mai, Marseille
  • Friche la Belle de Mai, Marseille

Annulé

Durée : 1h

Chorégraphie : Yves Mwamba
Avec Rébecca Kabugho, Pytshens Kambilo et Yves Mwamba
Scénographie : Freddy Tsimba
Production : Le Grand Gardon Blanc
Coproduction : Les Ateliers Médicis – Clichy/Montfermeil, Les Studios Kabako – Kisangani, Le Manège scène nationale – Reims, L’échangeur – CDCN des Hauts-de-France – Château-Thierry, Le Carreau du Temple – Établissement culturel et sportif de la Ville de Paris, Charleroi danse Avec le soutien de la DRAC Île-de-France, de la Région Île-de-France dans le cadre du dispositif FoRTE et de l’Institut Français dans le cadre du programme Résidences sur mesure
En partenariat avec la Compagnie Semena

Présentation

Yves Mwamba est né et a grandi au Congo-Kinshasa dans un pays ravagé par la guerre de 1997-2003. Il assiste au spectacle de la vie qui se refait, lentement, entre inconnues et débrouilles. La découverte de la danse lui inspire le projet qui lui manquait. Les battles de rue dans les rues de Kisangani pour commencer, avec le krump, canalisation des colères et expression du vivant, puis la rencontre avec le chorégraphe Faustin Linyekula dont il intègre la compagnie. Le début d’une carrière. Danser résonne depuis avec libération et contestation, tentative réfléchie d’équilibre entre ces pôles contingents, invention en zone de turbulences. Yves Mwamba écrit droit dans les yeux, le style et le ton sont fermes et posés, alors que le chaos règne. Pièce manifeste contre les injustices, la corruption, la criminalité, Voix intérieures fait entendre les voix des citoyens et des mouvements militants pour le droit à l’éducation, l’eau, l’électricité, les routes. Entouré du musicien Pytshens Kambilo et de l’activiste Rebecca Kabugho, figure de la lutte pour les droits de l’homme et de la femme, emprisonnée en 2016, dans la scénographie du sculpteur Freddy Tsimba, Yves Mwamba, en collaboration avec le dramaturge Fiston Mwanza et la chorégraphe Anne Nguyen, crée une pièce de groupe où chacun depuis son langage initial et son engagement dans le monde, met en mouvement son corps et ses passions. La vibration de la guitare électrique les fait trembler depuis leur lointain, os et mémoire, les êtres sont traversés. La rage du krump se mâtine de danses traditionnelles et d’écriture contemporaine, tentative de synthèse par laquelle les corps se soutiennent, se solidarisent, colmatent les fêlures, abolissent la gravité, célèbrent le vivant et le mort. In memoriam Luc Nkukula, militant assassiné à l’âge de 33 ans en 2018. Les voix éveillent l’esprit des luttes.