Cookies

En poursuivant vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer des contenus adaptés et réaliser des statistiques.

Le silence et la peur

  • Théâtre

Le 28.11.2020 à 18hZEF scène nationale de Marseille, Marseille

David Geselson

En Pratique

  • ZEF scène nationale de Marseille, Marseille

Annulé

Durée : 2H

ZEF scène nationale de Marseille

Avenue Raimu - 13014 Marseille

04 91 11 19 20

www.lezef.org

Comment venir ?

Bus
33 - Les Réformés > Théâtre du Merlan
34 - Les Réformés > Mérimée - Corot
53 - Métro Saint-Just > Théâtre du Merlan
TER
Ligne Marseille-Aix > Arrêt Picon Busserine

Parking Centre Urbain du Merlan (commissariat) ouvert lors des représentations.

Texte et mise en scène David Geselson
Interprétation Dee Beasnael, Craig Blake, Laure Mathis, Elios Noël, Kim Sullivan, Robert Manning
Scénographie Lisa Navarro assistée de Margaux Nessi
Création lumière Jérémie Papin assisté de Marine Le Vey
Création vidéo Jérémie Scheidler assisté de Marina Masquelier
Création son Loïc Le Roux
Costumes Benjamin Moreau
Assistante à la mise en scène Shady Nafar
Régie générale Sylvain Tardy
Collaboration à la mise en scène Dee Beasnael, Craig Blake, Loïc Le Roux, Laure Mathis, Benjamin
Moreau, Shady Nafar, Lisa Navarro, Elios Noël, Jérémie Papin, Jérémie Scheidler, Kim Sullivan, Sylvain Tardy

Traduction Nicholas Elliott et Jennifer Gay
Construction décors Atelier décor du ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie
Réalisation costumes Sophie Manac’h
Administration, production, diffusion, relations presse AlterMachine I Noura Sairour, Carole Willemot et Laure Meilhac

Production Compagnie Lieux-Dits
Coproduction Théâtre de Lorient, centre dramatique national, Le Canal - Théâtre du Pays de Redon, Théâtre National de Bretagne - Rennes, ThéâtredelaCité - CDN Toulouse Occitanie, Théâtre d’Arles, scène conventionnée d’intérêt national - art et création, Théâtre de la Bastille, Espaces Pluriels, Scène conventionnée danse – Pau, L’empreinte scène nationale Brive/Tulle, Théâtre Le Rayon Vert, Scène conventionnée d’intérêt national – art en territoire de Saint-Valéry-en-Caux, Le Gallia Théâtre, scène conventionnée d’intérêt national – art et création de Saintes, La Comédie - Centre Dramatique National de Reims, Théâtre des Quatre saisons, Gradignan, Théâtre de Choisy-le-Roi - Scène conventionnée d’Intérêt national - Art et création pour la diversité linguistique, en coopération avec PANTHEA, La Rose des Vents, Scène nationale Lille Métropole Villeneuve d’Ascq, CDN Besançon Franche-Comté, Théâtre de Saint-
Quentin-en-Yvelines Scène nationale, Teatro Nacional Dona Maria II, Lisbonne, Portugal
Avec l’aide du ministère de la Culture, de la Région Ile-de-France, de la Spedidam, de l’Institut français dans le cadre de son programme Théâtre Export, des services culturels de l’Ambassade de France aux Etats-Unis, de FACE Foundation Contemporary Theater, de la Harlem Stage – New York - Etats–Unis.

Avec le soutien de Théâtre Ouvert – Centre national des Dramaturgies Contemporaines, La Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon – centre national des écritures du spectacle et du Théâtre de l’Aquarium
Accueillie en résidence au CDN de Normandie-Rouen

La compagnie Lieux-Dits est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Ile-de-France.

Présentation

Nina Simone est grande, nul ne l’ignore, intimidante, absolument. Dans un silence beau et grave, au début du spectacle mis en scène par David Geselson, son arrivée est annoncée, et on ne la quitte plus, ni du regard, ni de l’oreille, ni du cœur. Jetée dans la vie et dans la musique corps et âme, mais aussi dans un XXè siècle où le pire côtoie le meilleur, entre poursuite des politiques de ségrégation et commencement de reconnaissance de droits, une femme artiste, noire, militante cherche ses voi(es)x. A partir de l’intime, du couple, de l’amour (réécoutons les songs), David Geselson nous offre une vie au théâtre, intégrale et complexe, mêlant interprètes américains et français, et des archives, des témoignages.
Il y a de l’héroïsme dans cette histoire. Les accents brisés, la carrière de pianiste de Nina Simone est interrompue à cause de la couleur de sa peau, adieu Bach, adieu Beethoven. La musique rapproche les peuples dit-on, mais c’est par elle que l’injustice s’est engouffrée et a soufflé les rêves de la jeune musicienne. Bonjour le jazz.
La colère de Nina Simone, sa douceur. Le silence et la peur nous dit son histoire depuis le sentiment d’exclusion qu’elle a vécu tout au long de sa carrière et fait s’entremêler les thèmes du racisme, de l’espoir, les larmes, les luttes, Martin Luther King, James Baldwin, Black Panthers. Comment concilier les deux histoires, la petite et la grande, sans que l’une ne se brise sur l’autre ? Comment relier les causes historiques mais aussi relier les victimes entre elles par-delà les circonstances particulières, génocide des amérindiens, traite négrière et esclavage aux Etats-Unis, laboratoires cauchemardesques des débuts de la colonisation et des nouveaux impérialismes ? Histoires de douleurs, larmes, naufrages de l’humanité. Nina Simone passe ses dernières années dans le bleu de la Méditerrannée, à Carry-le-Rouet. Et Bach, encore.

Le silence et la peur a été créé en 2019. Les Rencontres à l’échelle ont auparavant accueilli les deux précédentes créations de David Geselson (Doreen et En route-Kaddish).