Cookies

En poursuivant vous acceptez l’utilisation des cookies afin de vous proposer des contenus adaptés et réaliser des statistiques.

Go Go Othello

  • Performance

Le 10.11.2020 à 19hThéâtre Joliette, Marseille

Ntando Cele

En Pratique

  • Théâtre Joliette, Marseille

Annulé

Durée : 1H15

Performance Ntando Cele
Conception / Idée / Mise en scène Ntando Cele / Raphael Urweider
Texte Raphael Urweider
Composition / Musique live Simon Ho
Composition / Loops / Beats Michael Sauter
Choréographie Chera Mack
Création et régie lumière Maria Liechti
Régie son Valerio Rodelli
Costumes Rudolf Jost
Assistance aux costumes Isabela Gygax
Habilleuse Faten Alabbas
Scénographie Beni Küng
Assistance à la scénographie Jacqueline Weiss
Traduction Anglais-Français Marius Schaffter
Assistance à la mise en scène / Surtitres Sandro Griesser
Œil extérieur vidéo Phoebe Boswell
Œil extérieur texte Myah Jeffers
Œil extérieur contexte Izabel Barros
Photos Janosch Abel
Design Lopetz Büro Destruct
Vidéo / Bande-annonce Jost Nyffeler
Diffusion Théâtre Vidy-Lausanne Gestion de la production Boss & Röhrenbach Production Manaka Empowerment Prod.
Coproduction Schlachthaus Theater Berne, Théâtre St-Gervais Genève, Théâtre Vidy-Lausanne, Kaserne Bâle (Expedition Suisse)

Présentation

Dans une salle de théâtre reconfigurée en night club, la performeuse sud-africaine Ntando Cele ouvre le débat, et déplie son corps comme une carte de guerre. Elle veut mettre à mal la tradition qui consiste à faire jouer les personnages de couleur par des acteurs blancs, qui se peignent en noir. Orson Welles interpréta Othello ? Ntando Cele lui intenterait un procès. Ainsi qu’au monde du spectacle occidental, longtemps complaisant. La cause est toujours vive : des acteurs blancs persistent à vouloir endosser le rôle emblématique du Maure de Venise.
Dans l’ambiance canaille du club, univers nocturne aux relents d’amours tarifés, GO GO OTHELLO poursuit sa charge en remettant les stéréotypes liés à l’origine raciale, dans l’art contemporain, l’assignation implicite faite à incarner sa couleur, à justifier d’être noir.e dès qu’on expose son travail.
Ntando Cele devient stripteaseuse pour d’une part dénoncer la réification du corps de la femme, l’exploitation systématique quand on est femme et racisée, et d’autre part pour se servir du pole danse comme un tremplin pour assumer et retrouver sa puissance.
Usant de diverses sources textuelles mêlées, allant de témoignages de vies d’acteurs et d’actrices de couleur à l’autobiographie de la stripteaseuse suisse Paula Charles, de textes théoriques sur le genre aux récits personnels de la performeuse, GO GO OTHELLO place le corps de la femme noire au centre d’un dispositif pluridisciplinaire, où se côtoient vidéo et musique live. L’artiste sud-africaine basée à Berne se réfère ainsi à une lignée de femmes de couleurs qui ont combattu les préjugés et franchi les lignes rouges de l’émancipation culturelle à l’instar de la cantatrice américaine Jessye Norman ou de l’actrice allemande Miriam Goldschmidt. D’une seule voix, elles semblent nous dire à travers elle pourquoi il est nécessaire d’affirmer son humanité face à qui nous fétichise, et comment imposer de nouveaux récits.