Hazara
© DR

Aziz Hazara plasticien Afghanistan

Aziz Hazara est né pendant la guerre. Il a quatre ans quand les talibans prennent le pouvoir. Lui et sa famille n’ont jamais quitté le pays. Mauvais élève à l’école et élément perturbateur en classe Aziz Hazara a passé le temps de sa scolarité à négocier ses renvois, changer d’école et convaincre les directeurs d’établissement de lui donner une nouvelle chance. Il découvre la peinture dans une des écoles qu’il a réussi à intégrer, l’établissement Ma’refat. Ses enseignants l’encouragent à persévérer dans cette voie. Il travaille alors avec plusieurs maîtres miniaturistes et calligraphes afghans comme Khadem Ali et Sher Ali. Aziz Hazara est attiré par la calligraphie dont il explore les formes traditionnelles jusqu’à l’éclatement. En 2013, il obtient une bourse et étudie à la Beaconhouse National University à Lahore au Pakistan. Il y découvre d’autres disciplines comme la photographie, la vidéo, les installations et la performance. Il aborde dans ses travaux l’histoire, la mémoire, la migration et la vie dans un contexte en guerre. Il met en scène l’individu confronté à une narration et les difficultés de mettre des mots sur le passé et les émotions : comment raconter la guerre, l’histoire ; comment se situer dans l’histoire, le départ des siens, le contrôle social ? Il détourne les points de vue avec humour et poésie quand il évoque par exemple la question de la migration au travers de la migration massive de la communauté internationale due à l’insécurité (non sans lien avec le retrait des forces de la coalition en 2014). Les œuvres de Aziz Hazara ont été exposées en Afghanistan mais aussi au musée d’art moderne d’Erevan en Arménie, à la KHOJ International Artists Association à New Delhi et au Centre culturel de l’Asie (ACC) à Kwangju en Corée du Sud. Aziz Hazara a été en résidence à la KHOJ International Artists Association en Inde et obtenu une bourse de l’Institut des Nations Unies Madenjeet pour les arts de l’Asie du Sud pour étudier à la Beaconhouse National University au Pakistan (2013-2017). Il reçoit en août 2019 le prix Han Nefkens Mentorship Grant qui lui offre deux années d’études à la HISK (Higher Institute for Fine Arts) en Belgique (2020-2021) et lui permet de réaliser des œuvres qui seront prochainement exposées lors d’une exposition solo à la Fundació Antoni Tàpies à Barcelone (29 octobre – 8 décembre 2019) et à la 22ème biennale de Sydney (14 mars – 8 juin 2020).

Projet(s) associé(s) :