danse

Moi, ma chambre et ma rue

  • jeudi 14 novembre à 20h

  • durée : 30 min
    15€/10€ - pass 13€/8€
    pass soirée 25€/16€

  • Au commencement, tout est couleurs, calme et suavité. En apparence. Le chorégraphe et danseur Tidiani N’Diaye, est assis au milieu d’un champ de sacs en plastique multicolores, allant du jaune au bleu, en passant par le rose, le vert, des touches de blanc, un peu de noir. Disposés en lignes, formant des sillons, ils évoquent une terre imaginaire, un peu jolie, un peu glaçante.
    Moi, ma chambre et ma rue est le titre de la première pièce de l’artiste malien. Une chambre, au-delà une rue, à Bamako et puis une région et le continent. Des cercles excentriques, nés du titre gigogne, accompagnent et accroissent notre perception au fur et à mesure que N’Diaye gonfle ses mouvements, depuis la délicatesse de poses au sol jusqu’aux tours exécutés large cape au dos – un tapis, en fait. Car l’artiste aime jouer des matières, petites ou grandes, légères ou lourdes, il s’en affuble, les porte au corps, en gestes très quotidiens, racontant l’ennui de la chambre. Ou bien en une danse nourrie de scènes de rue, d’actions comme épandre, glaner et de notions comme accumulation, déversement et anarchie.
    Dans un va-et-vient constant entre monde intérieur et chaos extérieur, le danseur n’a de cesse de bouleverser l’ordre, défoncer l’espace, le remodeler infatigablement avec fluidité, grâce et volonté, en un jeu sans fin de correspondances.


    Tidiani N’Diaye est un artiste accompagné et produit par Les Rencontres à l’échelle – les Bancs publics, pour les projets qu’il mène en Europe comme pour ceux qu’il développe au Mali.

     

    Un atelier est proposé par Tidiani N’Diaye pour un groupe d’enfants, autour de la pratique artistique de la danse et de l’usage détourné du plastique omniprésent, élément central de sa pièce.

     

    Dans le cadre de la saison Africa 2020, le TU-Nantes (Nantes), le Point Ephémère (Paris), les Rencontres à l’échelle (Marseille) et BAM (festival pluridisciplinaire créé par Tidiani N’Diaye et Arthur Eskenazi à Bamako) inviteront une génération de jeunes artistes africains : des résidences d’artistes et des spectacles.

    • production Copier Coller
    • avec le soutien de Life Long Burning , de l’association Cinémas et Cultures d’Afrique, de la ville d’Angers, du Crous, de l’OCIA, du ICIC-CCN Montpellier, du Centre national de danse contemporaine - Angers, de Honolulu, de SEPT CENT QUATRE VINGT TROIS et de Donko Seko
    • en coréalisation avec la Friche la Belle de Mai