Diptyque vidéo

Horse Day

  • du 10 novembre au 1er décembre
    vernissage le vendredi 9 novembre à 19h

  • entrée libre
    du mardi au vendredi de 14h à 19h
    le samedi de 13h à 19h

  • On croise parfois des rêves. Horse Day en révèle un très beau, un rêve de gosses.

    Pour réaliser ce film, Mohamed Bourouissa organise une parade avec des jeunes afro-américains et des chevaux abandonnés, sauvés de l’abattoir et recueillis par les écuries associatives de Fletcher Street, dans un quartier défavorisé de Philadelphie. Fasciné par la représentation des cowboys noirs, il suit des jeunes en mal d’activités qui bichonnent de vieux canassons puis les montent lors de fantasias joyeuses, entre tournoi médiéval et western du dimanche. Soucieux du beau geste, ces urban riders aiment voir leurs montures décorées dans l’esprit du tuning de voitures. Des fanions virevoltent au galop, des tressages de CD imitent la cotte de maille, des traits au pinceau réinventent, à même sa robe, le squelette de l’animal.

    On y éprouve la créativité comme un baume, une puissance inespérée après la mise au ban ou le verdict de l’exécution. Produire de l’imaginaire, faire mentir les clichés, proposer de nouvelles formes de transgression, d’une marge à l’autre, c’est ce que le plasticien franco-algérien nous offre à son tour, entre théâtralité décalée, parole libérée et simulacres lyriques.

    The Franco-Algerian artist Mohamed Bourouissa is one of the most important of his generation. With this video installation, he celebrates African-American cowboys from an underprivileged neighbourhood in Philadelphia. Combining elements of Western movies and photographic pictorialism, he pays a powerful tribute to urban utopias.

  • Présenté en coproduction avec Aflam et en coréalisation avec la Friche la Belle de Mai


  • " Avec Mohamed Bourouissa, la culture des quartiers bouscule l'art contemporain. Sacré personnage. "

    TÉLÉRAMA, Laurent Boudier

    " L’artiste, dont la richesse du langage plastique ne cesse de s’étendre, nous entraîne dans l’utopie urbaine d’un western, histoire de casser les vieux mythes réactionnaires. "

    L'HUMANITÉ, Magali Jauffret
    " Ne vous fiez pas aux apparences : à 39 ans seulement, ce plasticien franco-algérien suscite un engouement sans précédent dans le monde entier. " LE PARISIEN, Lisa Delille
    Sur FRANCE CULTURE