théâtre - en arabe surtitré

Alors que j’attendais

  • vendredi 18 novembre à 20h30
    samedi 19 novembre à 19h30

  • durée : 1h30
    en arabe surtitré en français
    15€ / 10€
    avec le PASS : 12€ / 7€

  • D’une fable familiale inspirée d’un fait réel, l’auteur Mohammad Al Attar et le metteur en scène Omar Abusaada composent une photographie vivante de la Syrie d’aujourd’hui, la vie entre les bombes. Comment exister, créer dans des pays en guerre, verrouillés par la censure et/ou la pensée religieuse ? Comment dire à travers le théâtre, l’histoire contemporaine de son pays ?

    Disparu puis brutalement battu après avoir traversé un des nombreux checkpoint qui fractionnent Damas en Syrie, Taim est admis à l’hôpital sans connaissance : un coma qui est une métaphore de la Syrie aujourd’hui, une zone grise entre la vie et la mort.

    « Hors de lui-même », Taim observe sa famille et ses amis qui, venus le visiter, dévident dans sa chambre d’hôpital leur quotidienneté bouleversée par cet événement. Omar Abusaada livre une histoire de l’intérieur, une plongée dans la vie ordinaire de familles telles qu’elles vivent aujourd’hui, allant au théâtre, au cinéma, au restaurant, à l’université…  La vie de tous les jours en état de guerre, ponctuée de checkpoint où chacun peut à tout instant disparaître, la vie de tous les jours dans laquelle on se retrouve aussi pour fumer des pétards, boire du vin, faire l’amour.

    « En Syrie, aujourd’hui, c’est très dur d’être un artiste, pour des raisons de vie quotidienne. Je ne reste jamais plus de deux mois au même endroit et je sors régulièrement du pays pour travailler à l’étranger, je pourrais y vivre, mais j’ai vraiment besoin de retourner tout le temps en Syrie. C’est un combat intérieur, mais j’en ai besoin pour nourrir mon travail. »


  • " Omar Abusaada met de la distance et de l’humour dans sa mise à scène. On navigue entre le théâtre documentaire et le soap opéra. Les comédiens sont tous très convaincants dans une scénographie sur deux niveaux qui utilise à bonne escient la vidéo et la musique. Du grand plaisir théâtral. Un spectacle utile très loin du discours ambiant sur le Moyen-Orient. " Stéphane Capron Lire l'article sur Sceneweb

    Festival d'Avignon: «Alors que j’attendais», pièce syrienne

    Ecouter le reportage sur RFI