danse

Fatmeh

  • mercredi 4 novembre à 20h30
    jeudi 5 novembre à 20h30

  • durée : 55 min
    tarifs : 15€ / 10€

  • Fatmeh, Fatima en français. Le prénom de la fille du prophète Mahomet, inconsolable à la mort de son père. Mais aussi celui de la diva égyptienne Oum Kalsoum, dont la voix à la fois déchirante et réconfortante troue de part en part la pièce d’Ali Chahrour. Dans Fatmeh, il est en effet question de deuil, de lamentation, de l’expression publique du chagrin, de cette mélancolie constitutive des sociétés arabes et de la joie qui subsiste malgré tout. Pour convoquer sur scène ces émotions, le jeune chorégraphe libanais a choisi deux interprètes féminines non professionnelles. Deux présences spontanées pour « laisser surgir l’état sacré du corps lorsqu’il danse ». Entre gestes du quotidien et forces rituelles, acquis et inné, le mouvement explore une nouvelle voie. Dans le tourbillon de cette cérémonie réinventée, Ali Chahrour n’oublie pas le combat qu’il mène pour une danse contemporaine arabe. Un art qui, tout en affirmant son héritage culturel, interroge l’environnement dans lequel il se développe. Tantôt voilés, tantôt dévoilés, les corps d’Umama Hamido et Rania Rafei questionnent ainsi le visible et l’invisible, le permis et l’interdit. Qu’il soit religieux, social ou politique.