Allibert

Michaël Allibert comédien, danseur

D’abord formé en théâtre par Robert Condamin et Jacqueline Scalabrini (anciens élèves et compagnons de Jean Dasté), il aborde toutes les techniques du théâtre classique et contemporain, la danse vient plus tard, au départ simplement pour améliorer sa conscience du corps.

Il rencontre Marie-Christine Dal Farra avec qui il engagera un travail privilégié de plusieurs années. Il se lasse du théâtre, de ses codes, de son excès de discours et se consacre exclusivement à la danse en faisant de nombreux stages avec plusieurs chorégraphes puis une boucle est bouclée en rencontrant Jackie et Denis Taffanel avec lesquels il renouera avec la voix.

En 2005, il crée son propre groupe, Trucmuche Compagnie et développe un travail transgenre de création contemporaine, entre danse, théâtre et masque.

La compagnie est constituée de danseurs, de comédiens, de musiciens et cherche une articulation commune à ses différentes pratiques pour dire au plus juste, pour explorer « la bancalitude du monde ».

Depuis 1999, il travaille pour plusieurs compagnies comme danseur, comédien, clown, manipulateur de marionnettes, assistant chorégraphe (Cie Les Rats Clandestins, Cie Reveïda, Cie Hanna R, Cie de L’Arpette, Divine Quincaillerie ou La Zouze – Cie Christophe Haleb) un peu partout en France et à l’étranger, jouant tout aussi bien dans des salles des fêtes, la rue ou des Centres Nationaux.

En février 2011, il remporte le Prix de la Recherche  lors des HiverÔclites (scène ouverte organisée par les Hivernales /CDC). Le prix en question : une semaine de résidence à L’L, lieu de recherche et d’accompagnement pour la jeune création (Bruxelles). Après cette première rencontre  en septembre 2011, proposition est faite d’entrer en résidence de recherche. En février  2013 il présente une étape au festival Artdanthé à Vanves. Suite à cette confrontation avec les publics, décision est prise de passer à la phase de création de ce projet. « 35.000 grammes de paillettes en fin de journée » est créé à Roubaix dans le cadre du Zoom  en mai 2013.

En 2014, il y entamera sa seconde recherche.

En 2012, la Sacd et le festival IN d’Avignon lui passent une commande dans le cadre des Sujets à Vif.

Projet(s) associé(s) :