danse

Violence lointaine

  • mardi 18 novembre à 20h30
    mercredi 19 novembre à 20h30

  • durée estimée 1h
    tarif 12€ / réduit 8€

  • Les titres se jouent parfois des spectateurs : paradoxalement, Violence lointaine nous invite à considérer la violence d’un peu plus près. Natifs de pays où la brutalité physique et intellectuelle s’éprouve au quotidien, DeLaVallet Bidiefono et Omar Ghayatt ont ressenti le besoin de redonner un aspect tangible à cette violence. Cette violence qui inonde quotidiennement nos écrans et nous parait pourtant chaque jour plus lointaine. Comme si la multiplication de son exposition l’avait faite basculer du côté de la fiction. Pourquoi un tel écart entre la violence vécue et sa représentation ? Au côté du compositeur Maxime Denuc, le danseur congolais et le performeur égyptien se saisissent à bras-le-corps de la question. Loin de la narration et de l’illustration, leur spectacle procède par impressions, par superposition de motifs. Sur un plateau où règne le chaos, les tableaux se succèdent, dessinant un paysage sonore et corporel sous tension. Un théâtre de l’image et de l’oreille qui touche au ventre et parle au-delà des mots.

    Extraits et interview (Le Caire, avril 2014) :