Ramallah mon amour
documentaire expérimental

Ramallah mon amour

  • samedi 27 novembre 2010
    à 18h30 et à 21h

  • Durée : 39'

  • Natacha Muslera est une artiste qui explore la musique expérimentale, la poésie sonore et les arts plastiques. Invitée en 2009 au premier festival d’art vidéo de Ramallah (Palestine), elle y collecte sept heures d’enregistrements sonores et réalise quatre portraits photographiques d’étudiants. Le film réalisé à partir de cette matière porte le nom d’une longue lettre adressée à une femme française écrite par le poète palestinien Mahmoud Abou Hashhash.

    D’abord l’écran est noir. Des voix, des bruits urbains habitent cette obscurité. Puis se lève le texte éponyme du poète palestinien Mahmoud Abou Hashhash. Longue lettre que « lui », palestinien à Ramallah coupé du monde en 2002 pendant le siège israélien adresse à « elle », Française. De la fiction, écrite de l’intérieur, aux témoignages brouillés, recueillis lors d’un échange culturel en 2009, Natacha Muslera s’attache à faire image de cette invisibilité. Le noir va céder lentement la place à une image fixe d’un visage qui se constitue sous nos yeux, puis images fixes d’étudiants de l’université de Bir Zeit. Confrontation des voix, du texte chuchoté aux propos échangés entre les habitants rencontrés et les visiteurs de passage.»
    Nicolas Feodoroff, critique d’art et de cinéma, membre du comité de sélection du Festival International du Documentaire à Marseille.